Les systèmes de paiement – le modèle à 4 coins

Après avoir analysé les modèles en boucle fermée, nous revenons sur les modèles en boucle ouverte pour voir un concept essentiel: le modèle à 4 coins. D’où vient-il? et Pourquoi est-ce un outil si puissant pour analyser les systèmes de paiement?

Des modèles en boucle ouverte au modèle à 4 coins

Le modèle à 4 coins n’est rien d’autre que le modèle en boucle ouverte sous sa forme simplifiée. Sur le schéma suivant qui réprésente un modèle en boucle ouverte, nous avons les systèmes de banque centrale et les systèmes interbancaires de compensation.
 
Constituants d'un système de paiement en boucle ouverte

Constituants d’un système de paiement en boucle ouverte

Maintenant, simplifions le schéma en supprimant supprimant tous les systèmes interbancaires et les banques à l’exeception d’un seul système interbancaire et deux banques avec un client chacune. Nous obtenons alors ceci :

Système de paiement en boucle ouverte simplifié

Système de paiement en boucle ouverte simplifié

 

On retrouve quatre acteurs. D’un côté une banque et son client (disons le donneur d’ordre par exemple) et de l’autre côté, une autre banque et son client (disons le bénéficiaire).  Les deux banques sont connectées au même système interbancaire pour la compensation des opérations échangées et à la banque centrale pour leur règlement. Vous voyez probablement déjà où tout ceci nous mène. Ce modèle en boucle ouverte est «Le modèle à 4 coins». Il suffit de le présenter les choses un peu différemment.

Système de paiement - le modèle à 4 coins

Système de paiement – le modèle à 4 coins

Dans le modèle à 4 coins, chaque partie finale est client d’une banque ou d’un prestataire de services de paiement (PSP). Une transaction de paiement a lieu entre les clients de la même banque ou de différente banques, une partie finale est l’expéditeur et l’autre le destinataire. Dans le modèle à 4 coins, on est en présence de deux banques différentes connectées à un même système de compensation. Dans les autres cas (exemples : une transaction entre deux clients d’une même banque ou entre banques qui ne sont pas connectés par un système de compensation), il faudrait un autre modèle pour représenter la réalité.

Les systèmes de compensation et de règlement jouent un rôle crucial dans tout le système et nous pouvons difficilement imaginer un système de paiement sans eux. On aurait donc pu appeler ce modèle le modèle à 5 coins !!! ça sonne bizarre. La dénomination modèle à quatre coins a été adopté par convention. C’est plus facile à retenir et puis cela met bien en exergue les acteurs (clients et banques) qui envoient et reçoivent les fonds. Il faut toujours garder à l’esprit l’importance capitale des systèmes de compensation et de règlement.

Pourquoi le modèle à 4 coins est si puissant

Nous avons vu dans un article précédent que les modèles en boucle ouverte constituent sont les plus répandus et utilisés dans le monde. Le modèle à 4 coins en est une déclinaison simplifiée. Il permet de modéliser, analyser et expliquer la plupart des instruments de paiement. Nous allons considérer quelques exemples.

Exemple 1: Le modèle à 4 coins du chèque

Le modèle ç 4 coins du chèque

Nous avons d’un côté une banque (Le tiré) et son client (Le tireur) et de l’autre côté une autre banque et son client le bénéficiaire. Les deux banques sont interconnectés par les systèmes de compensation et de règlement. Vous pouvez lire l’article sur le modèle à 4 coins du chèque si vous voulez creuser davantage ce sujet.

Exemple 2: Le modèle à 4 coins du paiement par carte (Autorisation)

chéma avec les échanges pour l'autorisation

Modèle à 4 coins – échanges pour l’autorisation

Nous retrouvons d’un côté une banque (L’émetteur de la carte) et son client (Le porteur) et de l’autre côté une autre banque (Acquéreur) et son client le commerçant ou accepteur. Les deux banques sont interconnectés par les réseaux d’autorisation locaux ou internationaux. Vous pouvez lire l’article sur le modèle à 4 coins du paiement par carte pour approfondir davantage ce sujet.

Exemple 3: Le modèle à 4 coins pour la Lettre de change Relevé

Modèle simple à 4 coins de la Lettre de Change Relevé

Modèle simple à 4 coins de la Lettre de Change Relevé

Ici également, nous retrouvons nos petits: il y a d’un côté une banque et son client (Le tireur) et de l’autre côté une autre banque et son client le tiré. Les deux banques sont interconnectés par les systèmes de compensation et de règlement. Vous pouvez lire l’article sur le modèle à 4 coins de la lettre de change relevé si vous voulez creuser davantage ce sujet.

Vous réalisez maintenant la puissance du modèle à 4 coins et comprenez pourquoi il si puissant dans l’analyse des instruments de paiements. C’est un outil essentiel pour comprendre les paiements. 🙂

En conclusion,  nous avons vu que le modèle à 4 coins n’est qu’une forme simplifiée du modèle en boucle ouverte. Nous avons vu qu’il est appelé ainsi par convention. Il y a effet d’autres acteurs qui jouent un rôle essentiel dans le modèle et donc la présence ne devrait jamais être ignorée. Enfin, nous avons examiné trois exemples d’instruments de paiement à l’aide du modèle à 4 coins. Maintenant vous avez un outil formidable entre les mains pour décrypter la plupart des systèmes de paiement. A partir du prochain, nous allons nous consacrer à une analyse approfondie du prélèvement SEPA.

,

No comments yet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez-nous via ce formulaire